LE COIN LECTURE : Ouvrir la voix : Être noir(e) à l'université

 





HEEEY I HOPE U GUYS DOING GREAT ! 


Moi, ça va et j’ai quelque chose à vous raconter et ça concerne un bouquin qui me tiens beaucoup à cœur. 


Il y a quelques mois Candyce  une amie à moi, que j’ai rencontrée  sur les bancs de l’université a publié un ouvrage. Toutes les deux en licence d’histoire-géographie à la Sorbonne on a suivi par la suite le même master de géographie spécialisé en Culture politique et patrimoine, toujours à la Sorbonne. 


Si je vous raconte tout ça, c'est que son livre est en fait le résultat de son mémoire de master dont le sujet était « Être noir(e) à l’université avec comme lieu d’étude notre Université. 


J’ai eu la chance de pouvoir assister à son cheminement, de la constitution de ce travail universitaire  en passant par les galères rencontrées pour trouver un éditeur. Le livre est enfin paru et je suis tellement contente l’avoir entre mes mains !   


Du coup, je voulais vous parler de ce livre « Ouvrir la voix, vers une réussite noire » et peut être vous donné envie d’y jeter un œil. 



Ouvrir la voix, mais comment ? 

©Jennifer Gankpin

Comme l’exprime si bien le titre « Ouvrir la voix » c’est donner une voix à ceux dont la parole n’est pas toujours entendue, le livre est un condensé de témoignages d’étudiants noir issus de milieux divers,  recueillit au cours des interviews menées par l’auteure. À la lecture, j'ai constatée des vécus similaires ou totalement opposés sur le fait d’être une personne noire à la Sorbonne, autant dire que je me suis retrouvée dans certains d’entre eux. Ouvrir la voix, c'est aussi ouvrir la voie, car ces témoignages sont aussi un exemple de  chemin vers la  réussite académique et un  moyen de démonter certains clichés et préjugés rencontrés par les personnes noires notamment en termes de réussite scolaire et d’orientation professionnelle. 



Un travail universitaire, mais accessible et adapté à tous ! 


©Jennifer Gankpin



Les témoignages sont enrichis par des extraits de planche BD réalisée par l’auteure et qui représentent des moments vécut, des discussions avec les étudiants dont elle s’occupait pendant des sessions de tutorat. Si la forme de certains travaux universitaires peuvent avoir l’air barbants,  difficile d’accès et de compréhension, « Ouvrir la voix » est simple à lire et permet d’avoir un aperçu brut des expériences et de la vision du monde universitaires d’étudiants(es) noirs(es) au sein de la Sorbonne.




Une fenêtre sur la vie étudiante et le monde universitaire 







©Instagram/reussitenoire



Comme on finit par le comprendre, l’université et dans ce cas précis la Sorbonne est un haut lieu de savoir principalement blanc, dans lequel on voit de moins en moins de gens qui nous ressemblent à mesure que l’on valide les années et où l’on peut en tant qu’étudiant noir(e) ne pas se sentir à sa place ou au contraire y  être comme un poisson dans l’eau. C’est aussi là où l’on observe les différences de traitements et où la condition sociale influe de manière positive et parfois négative sur le parcours académique. 




En résumé si vous vous intéressez de près ou de loin à la condition des minorités ethniques dans les espaces de savoir et de pouvoir ou que vous souhaitez découvrir les expériences diverses et uniques d’étudiants par le prisme de leurs origines ethnique et sociale ce livre vous plaira ! 


Je vous invite à visiter le site  et l'instagram du projet pour plus d’informations et acheter le livre ! 






         À plus pour un nouveau billet ! 








 

0 comments