MUST-WATCH : -SELF MADE- d'après la vie de MADAM C.J WALKER





Netflix_Selfmade_Série
©Jennifer Gankpin




Hello à tous!



J’espère que vous allez bien en cette période de confinement.😊  
 Aujourd’hui je tenais à vous parler d’une série super intéressante arrivée en mars sur la plateforme Netflix, il s’agit de la série« Self Made » inspirée de la vie de Madam C.J Walker ».


Tirée d’une histoire vraie, « Self-Made » raconte la vie de Madam C.J Walker, première femme noire américaine à devenir millionnaire dans une société post-esclavagiste en créant une entreprise de produits capillaires destinés aux cheveux crépus.




MADAM_CJ_WALKER_SELF_MADE

"La vraie Madam C.J Walker""
©Google images

Inspirée de la biographie écrite par son arrière-arrière petite - fille A’Lelia Bundles «On her own Ground ». La mini-série de quatre épisodes retrace la « success-story » de Sarah Breedlove se renommant par la suite Madam C.J Walker, qui de blanchisseuse dans le Sud des États-Unis est devenue une femme d’affaire  millionnaire et philanthropiste en quelques années, mais non sans difficultés…


      
VOICI 4 RAISONS DE REGARDER CETTE SÉRIE 

1.Un cast qui tue et une soundtrack 100 % féminine ! 
Le casting est absolument génial, on retrouve l’actrice oscarisée Octavia Spencer dans le rôle de Madam C.J Walker, ainsi que Tiffany Haddish  (Girls Trip) dans le rôle de sa fille  ou encore Blair Underwood (Dans leurs regards), figure importante dans le cinéma afro-américain et qui interprète Monsieur C.J Walker. 

La soundtrack 100 % féminine est composée de chansons d’artistes noires comme Janelle Monáe, Queen Latifah, N’didi O et bien d’autres. Très entrainante elle est teintée d’empowerement féministe et nous  transporte dans l’histoire tout en gardant un style très actuel.


MADAM_CJ_WALKER_ NETFLIX
"Octavia Spencer dans le rôle de Madam C.J Walker"

2. Le contexte historique et la diversité des représentations noires.

Se déroulant à l’époque de l’émancipation des esclaves, la série nous offre un aperçu de la vie en tant qu’ancien esclave ou descendant d’esclave; et représente le quotidien encore peu raconté à l’écran d’une population en phase d’intégration à une société qui lui est hostile.
On notera la mise en avant des diverses catégories sociales au sein de la communauté noire, ainsi que la diversité des carnations.
Ces représentations font plaisir à voir car elles se rapprochent de la réalité et s’éloignent des clichés habituel des films représentant l’époque post-esclavagiste où les noirs sont catégorisés dans des rôles de servitudes ou de victimes de la société.

3.La représentation des réalités de l’entrepreneuriat au féminin.

L’histoire en elle-même est inspirante, Madam C.J Walker peu connue historiquement auprès du grand public fait partie des pionnières dans l’industrie des produits capillaires pour cheveux crépus.

Les obstacles auxquels elle fait face dans la série raisonnent avec des situations actuelles que connaissent encore les femmes  et en particulier les femmes noires de nos jours, comme le sexisme, la misogynie, la masculinité toxique, le racisme mais également le colorisme*.

Cependant on apprécie les exemples de représentations LGBTQ+ et de sororité* de même que la valorisation de l’entrepreneuriat féminin qui redonne le pouvoir économique aux femmes et qui en aide beaucoup encore aujourd’hui.

*Sororité : Solidarité féminine
* Colorisme : Discrimination fondée sur les variations d’intensité de la couleur de la peau des personnes.

 4.  La valorisation de la féminité noire.

Du cheveu crépu, bouclé, frisé, des coiffures millimétrés, plus diverses les unes que les autres sont représentées tout au long de la série et "quelle grâce" de voir à l’écran la féminité noire qui passe ici par le cheveu.

Ce que j’ai le plus apprécié, c’est de voir que la diversité du cheveu crépu encore peu montré dans les médias  est ici représenté sous toutes ses formes : nattés, attachés, en chignon, lâchés, accessoirisés… J’ai trouvé cela beau et valorisant pour toutes les femmes noires à travers le monde qui subissent des discriminations ou des remarques négatives sur leurs coiffures.

Cette représentation des coiffures est certainement une porte ouverte, vers la déconstruction des préjugés qui existent autour des cheveux des femmes noires ; Principalement pour les personnes qui ne sont pas familières du cheveu crépu, de son histoire et sa place dans la société.



Voilà !

J’espère vous avoir convaincu et que ça vous aura donné envie de jeter un œil à cette série que j’ai bingé en une nuit, tellement l’histoire m’a séduite !
Je vous laisse un lien vers les titres de la soundtrack si jamais ça vous intéresse n’hésitez pas à écouter quelques morceaux. 


CLIQUER ICI POUR ➡️ LA PLAYLIST ✌🏾

Soundtrack self-made netflix MadamCJWALKER
©Jennifer Gankpin
    
PS : Si vous êtes à la recherche de nouvelles séries géniales, je vous conseille l’article "Confinement : 3 séries à regarder" dans lequel je parle aussi de la série en collab avec le blog une conjoncture de Sabine et Félicien.  ➡️ICI  ;)



À plus pour un prochain billet  😊



0 commentaires